Fibre : le cri d’alarme des petits opérateurs télécoms

Les Prixtel, Coriolis, Nerim et Transatel, ces petits opérateurs télécoms qui n’ont pas de réseau propre et qui empruntent donc celui de gros opérateurs comme Orange ou SFR, redoutent d’être les laissés-pour- compte du déploiement de la fibre pour le marché des entreprises en France.

Leur métier, c’est d’acheter des minutes de voix et de data à Orange ou SFR pour les commercialiser ensuite, avec leurs propres offres, auprès de leurs clients qui sont de petites et moyennes entreprises. Ce marché est régulé : Orange a l’obligation de louer son réseau de cuivre aux opérateurs alternatifs qui veulent commercialiser de l’ADSL. Mais dans la fibre, cette technologie du futur, Orange n’a en revanche pas d’obligation.

« Il n’existe aucune offre de gros de FTTH Pro [fibre jusqu’à l’…

Lire la suite sur LesEchos

Voir le PDF ici

source :

actu.orange.fr